Maroc 2007, les recos en 4X4 ... deuxième partie

Publié le par Hervé Descamps

Vous voulez la suite de notre voyage .. la voilà .. et on ne peut pas dire que ce fut le plus facile !!

Septième jour : Mhamid - Tata.

On avait bien mangé à Dar Azawad .. on a pris le désert !!
Sortie de Mhamid, on entame la classique .. la piste du centre direction Foum Zgid .. eh oui, je l'ai joué téméraire car j'avais la trace ( merci Bernard ) tant pis pour la dernière partie que l'on m'avait annoncé cassant j'avais envie de faire du sable et de visiter l'erg de fossiles .. eh bien ce fut très sympa .. le Scarabée s'est régalé, le Terrano aussi, surprenant ce que ce machin passe bien dans le mou .. mes AT en 225 surfent sur les dunes, les Mud d'Alain peinent un peu mais on n'a même pas eu besoin de dégonfler. Le bivouac de Cheggaga, on oublie .. refuge de touristes .. le lac d'Iriki à sec ... grand moment au cap au milieu d'un bon vent de sable .. dans la bagnole il fait 50 ° .. j'attaque une dune en vrac .. c'est limite mais ça passe, Alain rigole, évite la dune .. et se plante dans une traversée de fech .. cela sera le seul plantage du voyage !!

Trace-6--me-jour.jpg

Pour rejoindre Foum Zgid, c'est en effet assez copieux .. on est secoué comme des pruniers mais à 20 à l'heure les suspensions font leur office .. Chameaux, chameaux et chameaux, il y en a partout ... la fin est devenu une large piste qui passe par un poste de contrôle, les Saoudiens ont passé le bull et largement balisé la piste ... RAS .. moralité sur le parcours il n'y a que 20 bornes de mauvais ... C'est encore une valeur sûre cet itinéraire. .. Foum Zgid .. surprise, les memes venus du Golfe sont en voie de transformer cette petite ville en station balnéaire .. place goudronnée et plantation de palmiers .. On a mangé un tajine chez Abdullah, au restaurant Cheggaga .. toujours aussi bon ( une adresse à retenir encore !! ) A Foum Zgid les gosses sont moins chiants qu'à Mhamid, plus de mendiants .. atmosphère cool .. va falloir songer à mettre cette étape au programme .. pourquoi pas à l'Auberge Iriki qui a fait peau neuve .. On va sûrement tester l'an prochain !!
De Foum à Tata on a pris la route, faut dire que de la piste ( 6 heures pour Mhamid - Foum ) on en avait soupé .. le contrôle de Tassint s'est soldé par un grand bonjour des militaires .. On est arrivé à Tata avant la nuit .. Le Relais des Sables .. on y mange bien, les gens sont sympas, les prix corrects et la piscine propre .. On a pris des mini suites, un peu plus chères mais équipées de moustiquaires .. cela ne nous a pas empeché de nous battre contre les insectes piqueurs une bonne partie de la nuit !! Il fallait refaire le plein de pognon, la banque ouvre à 8 heures .. Tata, ses arcades et son petit marché nous ont permis d'acheter quatre bricoles !! Le Scarabée prend petit à petit des allures de souk ambulant ..

Je vous raconte ...

Surprise en arrivant pour charger l'auto, le Terrano à une roue à plat .. Hier en revenant de Mhamid j'avais bien évité un pare-brise explosé sur le bas-coté mais Alain qui me suivait dans le vent de sable n'avait pas du le voir et un morceau est venu se ficher dans un crampon du MUD ... On change la roue et direction le premier réparateur venu pour ne pas se risquer pour la suite avec une seule roue de secours. P1010122.JPG
Le réparateur de pneus de Mhamid, il vaut son pesant de cacahuètes .. Il est à la fois vulcanisateur, tailleur, soudeur, ferronnier .. et encore nous n'avons eu qu'un seul visu de la quantité de ses talents .. M'est avis que le gus, tu le lâches à poil en plein milieu du Sahara il trouvera le moyen de rentrer avec une caisse bricolée !! Au bout d'une petite demi-heure la roue est Ok et nous pouvons repartir .. Ce n'est pas dommage car les mômes du bled sont vraiment les pire casse-c... que j'ai rencontré au Maroc !! J'avoue ne pas trop piger le fonctionnement de cet endroit .. avec tout ce qui passe comme touristes et la réputation du coin qui n'est plus à faire pourquoi donc ne s'instaure t'il pas une bonne politique d'éducation et surtout une valorisation de cette petite ville qui pourrait être charmante .. Que veulent donc les gens du coin ? Peut être qu'on oublie Mhamid et que tout le monde s'arrête à Zagora ... C'est tout de même dommage. Au départ de la piste on croise un L200 ex Dakar .. à donf !! et juste de l'autre coté un Toy en goguette .. deux façons d'appréhender le désert.

Cap à l'ouest ..
On prends les premières langues de sable, no problem .. P1010166.JPG
Dromadaires nonchalants, un immense troupeau .. remugles et regards tendres .. à propos de dromadaires on en a mangé en tajine hier soir , vraiment excellent .. dorénavant je les regarde autrement .. avec un peu plus de tendresse !!

Il faut tout passer au couple, le Land surfe sur les dunes, RAS même si il fait 50° dans l'habitacle et que
j'ai l'impression qu'à être parti si tard on aurait du dégonfler un peu. Nous traversons une forêt de Calotropis
( note en passant les sortes de fruits que portent ces arbres distillent un suc qui n'est autre qu'on poison très violent ... gaffe !! ).
P1010147.JPGLe sable se fait plus rare, on rentre dans la zone du chott Iriki. Des zones de sel surgissent et le vent se fait de plus en plus fort. On décide de traverser au cap en faisant gaffe aux saignées .. L'allure augmente mais nous gardons toujours la réserve de sécurité à cause du vent de sable qui diminue considérablement la visibilité.
Je prends une piste parallèle à Alain, à à peine trente mètres je ne vois P1010171.JPG
quasiment plus le Terrano ... On sort du lac sans encombre, cap sur la montagne de fossiles .. Dans la pierraille les filles sont ravies, juste en se baissant on trouve tous les coquillages de la création ... c'est magique .. on grimpe en haut de la colline, histoire de voir la mer !! Cap au 300 on tire sur Foum Zgid. On nous avait prévenu, cela allait être cassant .. Eh bien c'est en effet pas très facile .. Quelques passages scabreux, des rochers qui affleurent, la moyenne est sérieusement tombée jusqu'à ce que l'on trouve la piste balisée. Passage du poste de contrôle, le pauvre gars qui se morfond dans sa cahute prend son temps, on
devine qu'il doit sérieusement se faire hiech dans son trou par 50° .. Pour aller à Foum Zgid c'est l'autoroute sur une large piste et bientôt nous gagnons le goudron. Détour par le village pour découvrir lesP1010146.JPG
divers aménagements dus au financements saoudiens. Tout est goudronné et ils ont planté des palmiers sur l'avenue principale .. M'est avis que ce coin va devenir sympa d'ici peu de temps. On grignote chez Abdallah et les filles font encore des emplettes, les tarifs ont augmenté, c'est la rançon du succès, tout bénef pour les marchands.

P1010137.JPG
Pour retrouver Tata on prend le goudron.
Hormis une petite incursion pour couper un détour, on va le garder jusqu'à tantine. Le contrôle de Tassint se résume à un simple salut. Il y a toujours autant de bagnoles en panne sur le bas coté de la route et on prend un gars en stop qui galère un peu. Pour loger on hésite un moment entre la Renaissance et le Relais des Sables mais la proximité des stations service aidant et l'attrait de la piscine font que nous choisissons le second. Bière, baignade et repas somme toute correct. On passera la nuit à se bagarrer contre les moustiques. Levé à l'aube je redige sous les bougainvilliers, il fait un peu moins chaud. L'appareil photo n'a pas encaissé le vent de sable, il est mort, heureusement que j'en ai un autre de réserve. On va quitter le sud avec dans les yeux la magie du désert.

Huitième jour : Tata - Ouarzazate.

Trace-7--me-jour.jpg
On s'est dit qu'aller à Ingherm par la piste allait nous réserver quelques bons moments .. eh bien c'est un peu
râpé ... le goudron a tout envahi et fini la montée du col dans la pierrasse .. c'est désormais une belle petite route aux allures alpestres qui serpente sur la montagne .. certes la traversée de la vallée aux palmeraies est toujours aussi sympa mais maintenant que vous soyez en twingo ou en 4X4 c'est du kif ... En 2008 on glissera jusqu'à Tafraoute en passant par Igmir .. Dommage car cette piste nous avait donné pas mal d'émotions l'an dernier en bécane !! de Ingherm à Taliouine c'est encore du goudron .. mais où va donc cesser ce ruban d'asphalte .. On décide de gagner Agouti en passant par Askoun .. encore du goudron et puis d'un seul coup cela s'est gâté ... Avec un pu... d'orage qui nous poursuivait il ne s'agissait pas de traîner dans le coin .. On a bien suivi la trace mais de temps en temps les intempéries de la semaine passe et les divers effondrements nous ont obligé à bifurquer et c'est là qu'on a commencé à jardiner .. au cap dans le désert c'est assez jouable mais au cap dans certaine vallée de l'Atlas cela devient très difficile surtout quand personne n'est à même de te renseigner et que le ciel prend des allures d'encre .. c'est long, très long et quand on a revu le goudron j'avoue que cela nous a fait sacrément plaisir ... les bagnoles étaient rouge sang, les passagères assez épuisées et j'avoue que j'étais bien content d'en être sorti. Alain, quand à lui commençait séieusement à me maudire et le Terrano avait des allures de tracteur agricole ... Ait Benhaddou pour dormir ou Zazate .. on avait donné, on prenait le premier truc qui allait se présenter, il était trop tard pour bivouaquer .. et là Allah a été avec nous. En descendant le Tichka il y a une pancarte chambre d'hôtes .. Irocha cela se nomme .. eh bien allez-y .. un intérieur magnifique, des gens adorables qui n'ont pas hésité malgré l'heure tardive à nous faire à manger, et des chambres de rêve avec un décor superbe et un excellent confort. Une adresse à noter précieusement : Chambres d'hotes IROCHA, dans la descente du Tizi n Tichka à Douar Tisselday, chez Catherine et Ahmed ( web : www.irocha.com - tel +212 67 73 70 02 ) Ahmed est géologue et connait parfaitement sa région c'est un puit de science en ce qui concerne la formation géologique du Maroc .. quel dommage que nous n'ayons pas pu rester plus longtemps !!

Je vous raconte ...

Départ de Tata sous le soleil direction plein Nord pour rejoindre Ingherm. Nous pensions retrouver cette fameuse piste qui nous avait réservé tant de galère l'an dernier lors de notre Tiger's Tour. CRIM0087.JPG 
En 4X4 cela allait être plus facile .. eh bien pour du facile c'était du facile, nous aurions été en 4L cela serait aussi bien passé. Les petites mains ont bien bossé et la piste d'hier est maintenant devenue une superbe route qui serpente au gré de la montagne. Nous sommes certes un peu déçus mais le paysage est superbe et les autos en profitent pour se remettre des émotions de la veille. Le goudron lie maintenant les deux villes au travers de l'Anti-Atlas et les populations locales en profitent pour acquérir la civilisation. On a même vu pas mal de nouvelles constructions qui s'adaptent parfaitement à la majesté des lieux. Si nous avions été joueurs nous aurions suivi l'oued mais fi de piste, on se repose. L'an prochain nous passerons par Tafraoute et en profiterons pour découvrir Igmir, on nous en a dit tant de bien. Au passage nous avons vu une petite école à quelques kilomètres d'Ingherm, une petite école comma tant d'autre mais une phrase de Victor Hugo écrite sur la façade a attiré notre attention. Deux jeunes instits s'occupent d'une soixantaine de gamins. Nous leur avons laissé du
CRIM0054.JPGmatos en promettant que nous reviendrons pour les équiper en informatique .. Nous comptons bien respecter notre promesse. Si vous passez par là, prenez notre relais, elles n'ont vraiment pas grand chose pour bosser ( dictionnaires, revues du style Tout l'Univers, un ancien PC .. ce que vous pouvez mettre dans l'auto !! ). L'école est au pont GPS : 30 03 333 W et 08 23 471 N ) Au milieu des amandiers la route se poursuit jusqu'à Taliouine mais où donc ce p... de goudron va t-il stopper ? On zappe la capitale du safran car la route est encore longue et il parait que la piste qui va nous mener à Agouti nous réserve des surprises. C'est le moins qu'on puisse dire. Le début est sans problèmes mais dès que l'on attaque les flancs du Toubkal cela se corse. Alain manque de nous faire une figure en reculant sur un sentier pas si battu que cela et nous jardinons grave dans un village où personne n'est en

CRIM0049.JPG      CRIM0053.JPG
mesure de nous indiquer le chemin. L'orage continuait à nous poursuivre et avec pas mal de chence nous avons réussi à le semer. Cette piste sans être trop difficile nous parait quand même sans fin et au fil des à pics et des passages limites de par leur largeur nous avons enfin atteint Agouti. Il faisait bien noir et il va vraiment que l'on revoit le timing de cette étape. Plutot que rejoindre Ait Benhaddou nous décidons de decsnder le Tichka pour trouver un gîte .. Nous n'avons pas eu le choix, des gîtes il n'y en a qu'un .. mais là Allah nous a porté chance car ce n'est pas le plus moche du maroc. Il était pas d'heure quand nous nous sommes garés devant Irocha mais l'accueil fut somptueux et la cuisine, même un peu improvisée, excellenteCRIM0216.JPG              CRIM0223.JPG
On a sorti le Chateauneuf du Pape et regretté de ne pas avoir encore une boite de choucroute dans la bagnole .. Catherine aurait tant
voulu la partager avec nous. Cela sera pour la prochaine fois. Nuit réparatrice, d'après Ahmed, demain on allait en baver. 

Neuvième jour : Zazate - Demnate

Trace-9--me-jour.jpgDépart de Zazate sous le soleil mais l'orage de la veille a laissé des traces et il a même neigé sur le Toubkal. On a vraiment eu du pot de passer à travers. On a pris Tirdhreste - Assermo pour remonter. Vaste désert au départ avec toujours les iguanes et les troupeaux, contraste saisisissant entre le vert et l'ocre sur les montagnes, défilés étroits, oued à suivre dans le gravier sur une vingtaine de bornes et un terrain de foot sur la gauche .. Alain qui mêne à ce moment sort de l'oued, traverse le terrain et monte vers le village .. qu'est ce qu'il lui a pris ??? On a traversé le patelin ... je ne vous raconte pas .. jamais je n'aurais cru que cela passerait .. à certain moement entre les rétros du scarabée et la murs on n'aurait pas passé une feuille de papier .. et l'arrivée .. une descente abrupte, dans la roche .. pour .. rejoindre l'oued CRIM0259.JPG... sous les applaudissements des gamins .. Grand moment de solitude, on avait fait 3 bornes de plus et étions revenu à 500 m de notre point de départ .. Quand vous verrez le terrain de foot, pensez à nous et si vous n'êtes pas joueurs, filez tout droit !!On a terminé la piste, solide, au milieu des petits champs de blé .. entre 1800 et 2000 m d'altitude dans une flore magnifique largement embellie par les récentes pluies. On a vu des écureuils blancs, des fleurs incroyables mélange de cactées et de plantes aromatiques, on a découvert des villages haut perchés et des oueds en crue .. superbe moment de 4X4 au milieu de nulle part !! On a retrouvé le goudron pour faire les 140 derniers kilomètres, le scarabée ne voulait plus trop avancer il ne prenait pas plus de 2500 tours et c'est à une allure de sénateur qu'on a rejoint Demnate ou plutot Iminifri 6 bornes avant le village pour aller pieuter chez Jean Paul Condamin, un ex crotteux de l'Atlas qui a ouvert un gîte à 2 km du pont naturel. C'est plus que sympa, on y mange très bien, et c'est d'une propreté absolue. La piscine, on l'a vue mais comme il ne faisait que 8° on a évité !! Une autre adresse à noter et à recommander : Ryad Aghbalou à Demnate - Iminifri ( www.iminifri-riad.com ) chez JP tel : +212 23 507 498 ..

Je vous raconte ..

CRIM0137.JPG  MAROC-2007-N--3-048.jpg

On est parti de Zazate sous le soleil, le massif du Toubkal était complètement blanc et la petite brise nous apportait le froid de la montagne. Nous avons rapidement traversé la plaine cinématographique, tellement rapidement que nous n'avons pas vu les gendarmes avec leurs jumelles, un bonjour et une présentation de notre laisser-passer du Ministère du Tourisme plus tard nous reprenions la route sans payer de prune ... On avait eu chaud. Vous allez me dire à 40 dirhams le PV c'est quasiment un plaisir de se faire gauffrer au Maroc . Nous avons pris la très jolie piste qui lie Tidhreste à Assermo. Le contraste entre les couleurs est saisissant, le gris de la piste se marie avec le vert de la végétation et l'ocre des montagnes.

CRIM0229.JPG
Désert tout d'abord avec son lot de faune et de troupeaux puis ensuite nous avons
suivi un oued pendant une bonne dizaine de kilomètres pour ensuite attaquer la montagne au beau milieu des champs de fleurs. CRIM0112.JPG
De temps en temps on ne voyait quasiment plus la piste noyée sous la végétation. les villages perchés semblaient comme autant d'étapes inaccessibles et la flore incroyable
CRIM0251.JPG sorte de compromis entre cactées et plantes aromatiques balisaient notre progression d'autant d'odeurs indéfinissables. Ce coin, c'est le paradis de la médecine douce.MAROC-2007-N--3-112.jpg
Nous sommes revenus sur le bitume pour emprunter une route large comme un chemin de mule. Pendant 140 bornes nous évoluerons entre 1800 et 2000 mètres d'altitude, faisait pas chaud mais ces canyons et ces à-pics nous ne sommes pas prêt de les oublier.
CRIM0289.JPG
La pluie nous a rejoint à 30 km de notre but, là il fallait vraiment faire gaffe tellement cela glissait.
Le Scarabée refusait de prendre plus de 2500 tours, le filtre à air était complètement bouché.P1010174.JPG J'ai tout de même continué car il n'était pas question de mécaniquer sous la flotte et avec ce froid de canard. Nous fûmes bien content de retrouver le pont naturel d'Iminifri en sachant que chez Jean-Paul nous allions pouvoir trouver une douche chaude et toute l'infrastructure pour la bricole au sec. Son parking était couvert de boue rouge .. Dommage que le Scarabée ne soit pas en forme on aurait pu y dessiner quelques arabesques.

La suite et la fin au prochain numéro .. et ce ne sera pas le plus triste !!

Publié dans Tourisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article