Nouvelle 6

Publié le par Hervé Descamps

Oh my ghost !

Cela faisait une paire d'heures que Dominique roulait sous un petit crachin plutôt frisquet. Il faut dire que l' Ecosse, au beau milieu d'Octobre, c'était plus Damart - combinaison de pluie que tee-shirt - bombers ! Faisait vraiment pas chaud et notre provençale bon teint commençait à regretter de ne pas avoir emmené de plus gros gants  .... Enfin quoi, un peu de courage, on était tout de même pas dans une hivernale.
Drôle d'idée tout de même que de venir en cette période visiter les Highlands !
C'était en fait tout un amalgame d'évènements qui avait conditionné ce voyage : son patron qui l'obligeait - dernière arrivée oblige ! - à prendre ses congés à cette période, cette soirée avec Harvey et Paul où ils n'avaient pas arrêté de lui parler de leur pays, torchant au passage quasiment la totalité de sa réserve de scotch, cette promotion de la compagnie de ferries offrant le passage gratuit à tout motard et surtout son désir de retrouver sa passion après le choc de la disparition de son ami sur cette route du Languedoc.
Dominique avait bien noté l'endroit où elle devait se rendre : un petit B & B du coté de Achnasheen, au beau milieu de la campagne écossaise. Il ne lui restait plus qu'une quarantaine de kilomètres à faire, elle y serait, sauf incident, avant la nuit.
Cela faisait quelques minutes qu'elle était passé en réserve et désormais elle savait d’expérience qu'elle avait suffisamment d'autonomie pour à priori trouver une station bien avant la panne sèche. La pluie redoubla soudain de violence.
Comme surgit de nulle part un loch apparu sur la droite de la route, un loch comme elle en avait déjà rencontré des dizaines avec une eau à la fois si claire et si profonde qu'elle en semble noire, un loch duquel se dégageait une étrange atmosphère comme si le brouillard qui envahissait ses rives était le prolongement du ciel. Elle ne l'avait pas repéré sur sa carte, il lui semblait pourtant l'avoir déja vu. Au fur et à mesure qu'elle le suivait elle s'aperçut qu'il était quasiment la copie conforme de ce lac de montagne, près d'Arvieux, où ils avaient passé en couple des moments merveilleux. Même couleur de l'eau, même sapins qui poussaient sur ses rives, mêmes vieilles roches grisâtres ... Le claquement de l'échappement d'une moto retentit soudain, la machine venait de démarres et ne devait la précéder que de quelques centaines de mètres. Pour la motarde qu'elle était, et compte tenu du fait qu'elle avait vécu dans cette atmosphère pendant près de douze années, cette bécane ne pouvait pas être autre chose qu'une Harley.
Persuadée qu'elle allait dans le même sens que celle-ci Dominique se prit à accélérer. Après quelques kilomètres à la sauce il lui avait été pourtant impossible de remonter celui ou celle dont elle avait pu juste voir l'éclat du phare une paire de virages auparavant.
-" Tant pis on se calme, il doit bien mieux connaître le terrain que toi !"
Cela faisait maintenant une bonne vingtaine de bornes qu'elle était en réserve, ça plus la bourre de tout à l'heure et il ne devait pas rester grand chose dans le réservoir de la Ténéré. Elle s'arrêta pour vérifier le niveau, il y avait le feu, elle avait beau agiter la machine, cela ne faisait pratiquement plus de bruit.
Dans le silence juste troublé par les gouttes de pluie dégoulinant des arbres on n'entendait plus le claquement caractéristique du pot de l'Harley pourtant, au bout du loch, à quelques centaines de mètres un phare éclairait la sortie d'un virage.
Dom redémarra, persuadée que le motard qui la précédait l'avait vu stopper et l'attendait. A peine avait elle roulé pendant quelques mètres qu'elle entendit distinctement l'autre redémarrer. Le manège dura trois fois. Dom s'arrêtait, l'inconnu s'arrêtait. Elle repartait, tel un écho il disparaissait . C'était la merde, elle allait se retrouver en pleine nuit, sous la flotte, en carafe d'essence dans ce coin perdu .... et cet abruti qui jouait à cache cache !
Cela faisait maintenant cinq bonnes minutes que Dominique était assise au bord de la route à regarder sa bécane définitivement en rade lorsqu'elle entendit l'échappement de l' Harley se rapprocher. La bécane s'immobilisa à la sortie du virage, il y avait entre elle et la jeune femme guère plus qu'une dizaine de mètres. La petite française se frotta les yeux, cela n'était pas possible, c'était exactement la même moto que celle de son ami, celle avec laquelle il avait disparu un soir de Mai dernier en rentrant du boulot, fauché par un chauffard quasi bourré qui avait grillé un feu.
Le motard portait un demi jet noir,une combinaison déchirée par endroits, il n'avait pas de gants mais éblouie par le phare qui trouait la nuit comme une invite, elle ne pouvait pas apercevoir ni la forme de ses mains ni les traits de son visage.
Dominique se leva pour s'approcher de l'engin. L'inconnu lui fit signe de ne pas bouger, posa quelque chose sur le sol, fit rapidement demi tour et disparu dans la nuit. Elle couru comme une folle pour lui expliquer sa détresse mais comme par enchantement jusqu’à l’écho de l’échappement dans le creux du loch, tout  ce qui faisait penser à cette mystérieuse moto et à son conducteur s’était soudain évanoui dans la nuit écossaise.
Elle revint en arrière quelque peu désemparée.
Au milieu de la route, à quelque mètres de sa machine il y avait quelque chose …
Un vieux jerrycan était posé là. Dominique le soupesa, il était plein, elle l’ouvrit, c’était de l’essence !!
A la fois étonnée et ravie de l'aubaine elle se félicita de la perspicacité de l'inconnu. Et regretta bougrement de ne pas avoir pu le remercier. Elle  transféra le carburant dans son réservoir et put ainsi rejoindre la première station ouverte qui n'était qu'à une paire de kilomètres.
Le gérant à qui elle demanda si il connaissait le motard en Harley qui lui avait pris peu de temps auparavant un bidon parut fortement étonné et l'assura ne pas avoir vu de moto s'arrêter depuis plus d'un mois. De plus il était la seule station service à des kilomètres à la ronde et  aucun habitant dans le coin n'avait de moto ... Elle avait du rêver !!

Il y a des nuits ou en Ecosse il ne faut s'étonner d'aucune rencontre !!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article