Jours suivants ... Le Nord Argentin

Publié le par Hervé Descamps

Salta – Tilcara ( aux origines de l'humanité )

De Salta à JUJUY, nous avons pris la route de la Corniza, qui serpente, à travers la montagne, avec des paysages sauvages de lacs et de prés et des animaux qui se baladent un peu partout. Après Jujuy, commence la Quebrada de Humahuaca, classée depuis 2003 au patrimoine mondial de l’humanité, à la fois pour sa biodiversité et son histoire, elle représente pas moins de 10.000 ans de civilisation. La route suit le lit du Rio Grande, et les montagnes aux multiples couleurs. On y découvre des centaines de cactus géants qui semblent être les seules choses vivantes qui peuplent cet amalgame minéral. A MAIMARA, la paleta del pintor, la palette du peintre, étonnantes variations de couleurs sur la roche désertique, sont pour moi ls plus beaux synclinaux que j'ai pu voir au long de mes voyages. Arrivés à Tilacara nous avons d'abord essayé de dépanner un brésilien dont le 800 suz oubliait de respirer .. ensuite ce fut la première fois que nous avons mangé du lama ... désormais je vais regarder cet animal avec un autre interet.
L’après midi nous avons visité le musée archéologique, et la forteresse de l’époque précolombienne EL PUCARA, au sommet d’une colline pour une ballade au milieu des cactus. Au passage un petit bonjour à la pierre d'ACDC, un caillou qui doit peser dans les 5 tonnes et qui résonne comme une cloche de cathédrale. Des gamins qui gardaient les motos ont été cordialement invités à faire un tour en échange de leur service .. Sympa. La première nuit à plus de 2500 n'a pas fait trop de dégats.



Tilcara – Humahuaca -Iruja ( el condor pasa bis )

Le lendemain matin nous avons commencé par la grimpette de 6 km vers la garganta del Diablo ... Manque de pot au sommet la visibilité n''était pas formidable et nous sommes redescendus un peu déçus .. mais que la piste était sympa .. juste consolation. Nous avons ensuite repris la Quebrada de Humahuaca vers le Nord puis effectué un petit arrêt au tropique du Capricorne. Déjeuner à Humahuaca, un des bastions de la résistance indienne face à l'envahisseur espagnol. A presque 3000 m d’altitude , le petit village blanc d’Humahuaca, est l ‘ultime étape de la Quebrada, authentique Pueblo avec ses petites rues pavées, ses poivriers, son marché artisanal indien, ses maisons en pisé, ses chapeaux de feutre multicolores et surtout son saint patron qui émerge de l'église à midi tapante pour bénir la foule ... Juste en façe du monument dédié à la résistance indienne ou la statue de plus de 9 mètres de haut du dernier cacique est là pour rappeller que les bons évangélistes avait également été d' effroyables tyrans sanguinaires !! Pour terminer la journée une bonne cinquantaine de kilomètres de piste nous a conduit jusqu'à Iruja un village au bout du monde par une piste à travers des paysages somptueux et en passant au top de cette journée : les 4000 m de l'Abra del Condor – ou Henri Pierre a vu d'ailleurs cet animal mythique lui déboucher sous le nez mais n'a pas eu la possibilité de faire le cliché ... Iruya c'est un village perché à 2780 m aux maisons de pierre le long de ruelles étroites, très en pente, et soigneusement empierrées. Nous y avons rencontré un gars qui organise des trekkings qui nous a parlé de la difficulté qu'il avait pour faire venir du monde sur ses traces mais de l'espoir qu'il mettait essentiellement grace à Internet. Pendant la discute nous avons assisté à un spectacle rare .. un énorme orage de grêle .. sur le toit en tôle du café je ne vous dit pas le tintamarre .. !! Un nuit à près de 3000 m c'est copieux ... Le matin quand les perruches se sont mises à piallier nous étions réveillés depuis longtemps.

Iruja – Yavi ( quand passent les vigognes )

Nous sommes retournés sur nos pas pour aller re-passer l’Abra del Condor en faisant une incursion au passage par le pueblo viejo, un endroit bizarre ou les campésinos vivent en autarcie totale .. et ne veulent voir personne. Nous avons fait une petite halte café dans une école de campagne ou on comprend qu'en Argentine les moyens donnés pour l'éducation ne sont pas tout à fait les même que tu vives à Salta ou dans un bled perdu !! Re-passage de l'Abra dans la même purée de pois, sans condor cette fois !! Reprise du goudron pour rejoindre à travers l'Altiplano, ses troupeaux de lamas et ses bandes de vigognes, la ville frontière avec la Bolivie , La QUIACA. Au passage: Tres Cruces encore un miracle de la nature et des synclinaux qui montrent bien la bataille de la terre, de l'eau et du feu. Histoire de corser les choses nous sommes allés dormir dans un petit village reculé YAVI, a 3340 m d’altitude. YAVI connut son époque de gloire au 19 eme siècle lorsqu ‘il etait le fief du marquis de la vallee du TOJO, un questeur du Roi d'Espagne qui fonctionnait comme DE Funes dans la folie des grandeurs .. Un pour le Roi et dix pour moi !! Nous avons visité la maison du marquis devenue un petit musée . Juste à coté l'église avec son décor en bois recouvert d'une couche d'or, ses statues du 16 ème, ses peintures de la même époque et son architecture typique est l'une des plus belle que j'ai pu visiter. Nous avons couché et essayé de dormir dans une auberge superbe aux toits de chaume et aux lits de pierre.

YAVI – PURMAMARCA ( Que la montagne est belle)
Pas grand chose à dire puisque nous avons rebroussé chemin sur l'Altiplano en se bataillant avec un vent violent. Retour sur la Quebrada de Humahuaca ... on en a vu l'autre sens .. Repas à Tilacar dans une école hotelière .. délicieux, puis, presque arri
vés, le point d' orgue de la journée quand nous avons bifurqué direction Purmamarca, l’un des villages les plus typiques de la Quebrada au pied de la montagne aux sept couleurs .. que dis-je sept .. mille couleurs que nous avons découvert en parcourant le sentier qui contourne la colline. Un hotel gîte super sympa, une piscine, un marché .. bref la civilisation dans un des endroits les plus courus d'Argentine .. Mais Dieu, que la Montagne est belle !!

Publié dans Tourisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article